La magie des couleurs







         Décidément, je n’arrive pas à imaginer une vie sans couleurs, sans lumière, sans contrastes… ce serait une vie uniforme et plate, une vie sans sursauts, sans projets, sans tout ce qui met un peu de sel et d’épices sur le quotidien !

         Nous avons eu un merveilleux automne… Comment penser rester enfermé lorsque, dehors, l’appel de la nature est si fort ?… Alors ,avant de rentrer dans la froidure de l'hiver, j’ai chaussé mes baskets et, munie d’une bouteille d’eau, je suis allée me rassasier de chaleur et de beauté… J’ai fait une moisson d’émerveillements et de découvertes somptueuses à étaler sur le bleu de la palette d’une saison exceptionnelle !…

        
        Je suis restée en extase, au détour d’un chemin, devant la diversité des tons lumineux d’un arbre bruissant doucement… Était-ce un saule… un orme… un hêtre, je ne sais et peu importe puisqu’il avait un charme fou !…

          En rentrant, j’avais une furieuse envie de tester moi-même ces nuances délicates et fragiles, chaudes et ardentes, les tester sur une toile, à la manière des impressionnistes, ou à ma manière !…


        Comment Monet aurait-il représenté mon arbre merveilleux ?… À vrai dire je pense qu’il y serait allé par petites touches légères et ombrées en y mêlant une lumière qui aurait embrasé son œuvre… Cézanne, lui, aurait utilisé des couleurs plus franches, des traits plus précis, des contours plus larges et son génie se serait exprimé différemment ! Van Gogh aurait recréé mon arbre… Il l’aurait installé dans un pré, comme à Auvers, et l’aurait coiffé d’un ciel torturé en bleu et blanc… peut-être même l’aurait-il imaginé de nuit ? Alors, mon arbre se serait effacé sous un plafond bas, indigo, animé d’étoiles filantes…

        
         De la réflexion jaillit la lumière dit-on…et celle-ci m'a soufflé d’agir avec lenteur et subtilité : mon esprit s'est plongé aussitôt dans un confortable tapis de feuilles colorées : des jaunes d’un or éclatant, des rouges comme celles de l’érable (peut-être en était-ce un après tout…), des mauves pour celles qui se tortillent et des vertes pour celles qui résistent… des orangées et des cuivrées pour celles qui ont trop profité du soleil et des marrons pour celles qui tomberont les premières et commenceront à tisser le sol de l’hiver… celles qui recueilleront les autres petit à petit… Elles tomberont sans bruit, dans un souffle imperceptible, par manque d’oxygène et laisseront mon arbre superbe devenir nu et glacé mais en protégeront les racines, puis les nourriront dans la promesse d’une nouvelle explosion ! …

        
Acrylique 
 





 Je le vois déjà mon tableau… les doigts me démangent de commencer et mes couleurs sont prêtes : Quel bel automne je vais faire entrer dans la maison !…








Commentaires

Articles les plus consultés